Welcome to Evently

Lorem ipsum proin gravida nibh vel veali quetean sollic lorem quis bibendum nibh vel velit.

Evently

Stay Connected & Follow us

Entre les mots de ta recherche et nous essaierons de t'aider au mieux.

Qu'es-ce que tu cherches ?

Éducation & citoyenneté

Éducation & citoyenneté :

 

On connaît l’Éducation Nationale, on connaît l’école, on a même parfois déjà entendu qu’on était « mal éduqué »… Mais sait-on vraiment ce qu’est l’éducation ? Comment nous permet-elle d’exercer notre citoyenneté ?

 

        L’éducation, c’est un ensemble de valeurs que l’on transmet ou que l’on reçoit de ses parents, de sa famille, de l’Autre. S’éduquer c’est apprendre, savoir, désapprendre, réapprendre, se construire.

L’éducation c’est l’enrichissement de l’esprit, mais aussi la maîtrise du respect de l’Autre, de codes qui nous permettent de communiquer avec lui, de lui donner, de recevoir. En bref, l’éducation est multifonction, mais surtout elle fait de nous ce que nous sommes, et même si notre éducation se construit toute notre vie, elle trouve ses racines dans l’enfance et l’adolescence.

        C’est à la maison que notre éducation commence : nos parents, notre famille et notre cercle proche constituent tout notre univers, avec ses valeurs, ses rituels, son langage… On intègre ses informations et on les rejoue à l’extérieur, tout particulièrement à l’école.

 

        L’école est le deuxième lieu le plus important de notre éducation d’enfant : on apprend qu’un monde existe au-delà de notre univers familial, que d’autres n’ont pas les mêmes codes dans leur propre univers. On apprend la différence, le partage, la confrontation, le jeu… Et surtout, on reçoit beaucoup d’informations par jour ! Car, en plus de ces interactions avec l’extérieur, l’école c’est aussi tout un programme théorique et une seule méthode pour l’apprendre. Tout le monde la connaît, le principe est simple : l’enseignant se tient devant ses élèves et leur transmet son savoir selon un programme établi, tandis que ces derniers l’écoutent, avant d’être testés sur les informations qu’ils ont retenues par un système de notes. Evidemment, c’est un résumé simpliste, et il faut savoir que cette méthode réussit convenablement à la plupart d’entre nous, d’autant que l’accès à l’école et au savoir est une richesse et un droit fondamental.

 

Malgré tout, il reste une grande partie des élèves qui ne parvient pas à intégrer cette méthodologie : on parle « d’échec scolaire », et là encore, nous ne sommes pas tous égaux… Bien que ce problème concerne toutes les catégories d’élèves, une étude de 2015 a révélé qu’un élève français en situation précaire a quatre fois plus de chances de devenir un élève de « faible niveau », et 2% de chance de faire partie des 20% des meilleurs élèves.

 

        Lorsque les méthodes scolaires ne suffisent pas, rassurez-vous, ça n’est pas une fatalité; la plupart du temps, ces élèves sont redirigés au collège vers des filières professionnelles. Malheureusement, ces cursus correspondent rarement à la volonté du jeune qui y est orienté plus par dépit que par choix. Pour lutter contre le problème d’inégalité que cela soulève, et parce que la France est réputée pour être le pays le plus en retard en matière d’éducation, certaines initiatives novatrices sont mises en place par des structures associatives, des programmes d’accompagnement et d’orientation, ou même encore des méthodes d’éducation alternatives telles que Montessori. Il s’agit d’un mode d’éducation basé sur la valorisation de la confiance en soi, l’autonomie dans le respect du rythme et des qualités de chacun, qui existe depuis 1907 mais qui connaît un réel succès en France depuis une dizaine d’années. En clair, c’est une méthode d’enseignement sur-mesure qui permet à chacun d’acquérir la richesse du savoir que nous transmet l’école, en revendiquant que nous en avons tous les capacités. Seul inconvénient à cette douce méthode d’apprentissage : on la retrouve uniquement dans le secteur privé et pour être honnête, elle a un coût que tout le monde ne peut pas se permettre. La part de la population la plus précaire se retrouve donc encore une fois pénalisée et nous sommes aujourd’hui nombreux à souhaiter que ces techniques d’assimilation soient démocratisées, et que la réussite soit à la portée de tous.

        L’éducation populaire, en plus de toutes ces éducations, apporte une contribution clé à notre construction. Tout un ensemble de savoirs que l’on acquiert à l’extérieur de l’école : ce sont les valeurs transmises oralement ou de manière informelle, en échangeant avec les Autres, par des actions associatives, par la rue, par la culture « populaire » qui nous entoure (le graffiti, la publicité, la musique, la danse, le théâtre, etc)… Cette culture-là est celle qui admet qu’il n’y a pas de vérité unique, et qui fédère un concept de tolérance, de transmission et de partage. Elle invite chacun à trouver sa place dans la société, parce qu’elle affirme que tout le monde en a une.

 

L’environnement qui nous entoure a pour fonction de nous aider à grandir, à apprendre et à nous construire;  ce sont toutes ces éducations qui nous donnent les outils pour évoluer dans la société et à notre tour apporter notre pierre à l’édifice.

La citoyenneté est d’ailleurs ce qui nous permet de participer au fonctionnement du système dans lequel nous vivons. Être citoyen consiste à défendre un ensemble de valeurs acquises par notre éducation, par notre culture, en accord avec notre droit fondamental de décision et d’action sur le groupe au sein duquel nous évoluons.

 

En France, être citoyen inclut des devoirs et des droits : le devoir de respecter un ensemble de codes de conduite et l’accès à un ensemble de droits fondés sur les valeurs de la République. Aussi, au-delà du respect de ces règles, la citoyenneté peut être participative et chacun peut l’utiliser comme moteur afin de devenir acteur du fonctionnement général de son environnement : cela va du respect des autres quotidien dans un esprit de civilité, à la participation à des projets associatifs, à des actions municipales, à des services civiques dans les domaines de la justice, du social, de la politique… Être citoyen c’est agir individuellement dans l’intérêt général, et participer à l’éducation populaire du peuple (par le peuple et pour le peuple) par la transmission de valeurs communes, par l’entraide, par la participation active à des actions de portée collective !

La citoyenneté n’est pas simplement le respect de nos devoirs : c’est aussi disposer librement de nos droits, les développer, refuser d’être spectateur lorsque l’on peut être acteur.

15 septembre 2018
Poster un commentaire